RSDOUBLAGE
contactez-nous

Jonathan Darona

• Genres :
Voix Adolescent garçon, Voix Jeune adulte homme, Voix Adulte homme
• Tonalité :
Medium
• Langues parlées :
Anglais avec accent non déterminé, Espagnol

Doublage

télévision, VOD & DVD
2021
série
2015/2018
Casual (Ryan)
série
2020/....
série
2014/....
Chicago Police Department (Hector Santiago)
cinéma
2022
série
2021/....
American Rust (Dothan)
série
2021
Landscapers (DC MacBride)
télévision, VOD & DVD
2020
Wildland (Mads)

Formation

2020 Stage de Clown "L'Art du bide" dirigé par Alexandre Pavlata (Cie Numéro 8)
2020 De l'Art d'être mis en scène au théâtre (Collectif du Libre Acteur)
2019 Stage voix en studio professionnel - Pub, documentaire, livre audio... (Les Coachs Associés)
2018 Le jeu et le doublage (Cie Le Magasin)
2011/2014 Le laboratoire de l'Acteur - Dirigé par Hélène Zidi et Célia Granier-Deferre

Cinéma

2022 "Hommes au bord de la crise de nerfs" réalisé par Audrey Dana
2018 "Christ(off)" réalisé par Pierre Dudan
2017 "Ma fille" réalisé par Naidra Ayadi

Courts métrages

2020 "PD" réalisé par Olivier Lallart
2019 "Je suis votre chauffeur" réalisé par Marc Allal
2018 "A cause de la couleur du blé" réalisé par Alexandre de Barros
2017 "Alice la série" réalisé par Arnaud Mizzon
2016 "Connexion" réalisé par Simon Dubreucq
2016 "Je suis blond" réalisé par El-hadji Kalidou

Danse

Danse de salon (Rock, Jive, Salsa)

Langues

Anglais (Bilingue)
Espagnol (Courant)
Italien (Notions)

Publicités

2021 "Tefal" réalisé par Mathias Pardo
2020 "SFR" réalisé par Jean-Baptiste Saurel
2019 "FDJ - Loto Fête des Mères" réalisé par Félix Guimard
2019 "Ford Kuga" réalisé par Jean-Baptiste Saurel
2018 "Intel" réalisé par Pierre Dudan
2017 "CIC Compte mobile" réalisé par Barney Cokeliss

Réalisations / scénariste

2022 "Epices"
2017 "Que boit la vache ?"
2016 "La goutte de trop" Festival International du film de Clermont-Ferrand
2016 "Le saviez-vous ?" Primé au Festival d'Humour de Meudon
2016 "Fingers Dance" Festival International du Film de Clermont-Ferrand, Sélection Interfilm Berlin
2014 "Un gay au Koweït
2014 "First kiss real parody"
2013 "Le Zap"

Sports

Boxe Thaï

Télévision

2022 "Comme des gosses" réalisé par Gaël Leforestier (rôle récurrent). M6
2022 "Scènes de ménages" réalisé par Karim Adda. M6

Théâtre & opéra

2020 "Déjà vu" de Renaud Fulconis - mise en scène de Renaud Fulconis. Théâtre Clavel
2018 "Le jeu de la vérité" de Philippe Lellouche - mise en scène de Thomas Lempire et Thibault Martel, dans le rôle de Jules. La Comédie de Lille
2017 "Carmen" mise en scène par Calixto Bieito. Opéra Bastille
2016 "Samson et Dalila" mise en scène par Damiano Michieletto. Opéra Bastille
2015 "Crime du coeur" de Beth Henley - mise en scène de Jeanne Cremer, dans le rôle de Barnette Lloyd. Festival des Briardises
2014 "La super émission" Co-écrit et mise en scène avec la Troupe des Humourisk. Théâtre Côté Cour

Interview

R.S : Bonjour Jonathan.

J.D : Hello Reynald.

R.S : D'où vient que tu es bilingue anglais français ?

J.D : J’ai commencé à faire un stage de plusieurs mois pour mes études à la frontière américaine - mexicaine où j’ai eu la chance d’apprendre l’anglais et l’espagnol. Après ma formation en hôtellerie-restauration, j’ai décidé de partir un an en Australie et j’ai commencé à faire pas mal de petits jobs. D’ailleurs, mon premier job, c’était comme ouvreur dans un cinéma à Sidney - j’ai adoré cette ville. Après quelques mois à travailler, j’ai voyagé un peu partout dans le pays avec mon sac à dos. Par la suite, j’ai fait pas mal de voyages. Du coup ça aide à entretenir l’anglais et l’espagnol.

R.S : Comment as-tu commencé professionnellement ?

J.D : En arrivant à Paris à 22ans, je me suis pas mal cherché avant de me décider à faire une école de théâtre. Puis, vers 24ans, j’ai débuté les cours au Laboratoire de l’Acteur que j’ai suivi pendant 3 ans. Et c’est là que j’ai commencé à écrire et faire des projets avec les copains de cours. À la sortie de mon école, c’était le grand bain et la course à l’intermittence. Puis j’ai eu mes premiers contrats : l’Opéra, des petits rôles au cinéma et des propositions au théâtre. J’ai vraiment commencé professionnellement en initiant des projets car je ne voulais surtout pas subir l’attente du coup de fil et des castings.

R.S : Je suis intrigué de voir que tu as participé à 2 opéras sur la scène de l'Opéra Bastille !

J.D : Oui et c’était une expérience incroyable ! Alors je ne chantais pas (heureusement) mais j’étais ce que l’on appelle là-bas "comédien mime". C’est-à-dire que je participais aux différents tableaux et à la mise en scène pour accompagner les solistes. Les costumes et le maquillage étaient dingues, voir très osés par moments. Et, pour te faire un confidence, je me suis même retrouvé en string doré sur la grande scène de l’Opéra Bastille ;) Je ne connaissais pas du tout ce milieu là, alors c’était pour moi fou de découvrir cet univers, les coulisses et les rouages de cette grande maison.

R.S : Qu'est-ce qui t'a incité à faire un stage de clown ?

J.D : J’ai vu le spectacle "Garden Party" d’Alexandre Pavlata (Cie n°8) que j’ai tout simplement adoré ! Les comédiens de sa troupe ne font que du yaourt sur scène. Quelques mois après, j’ai vu qu’Alexandre animait un stage de clown sur "l‘art du bide" à Toulouse. En gros, comment transformer un échec en succès. C’était pour moi de loin le meilleur stage que j’ai fait en tant que comédien. Une mise à nu incroyable, jouer avec du rien, se prendre un four puis transformer ce bide en fou rire général. C’est de l’amusement et du jeu avant tout, ce que nous avons parfois tendance à oublier.

R.S : Tu as écrit mais aussi réalisé des courts métrages. La production a pu s'en faire sans trop de difficultés ?

J.D : Pour mes projets persos, j’étais quasiment toujours en auto prod. J’ai travaillé plusieurs années en tant que freelance dans une société de production, du coup ça aide à mettre en place un tournage et penser logistique. J’ai toujours trouvé ça très intéressant de voir comment ça se passe de "l’autre côté" et ça permet d’être indépendant pour mener à bien ses propres projets. Après, c’est toujours de petites galères la prépa et le tournage, et c’est souvent un peu une course folle mais le résultat n’est que meilleur !

R.S : Comment as-tu débuté dans le doublage ?

J.D : Par le chemin des plus classiques : un bon stage AFDAS au Magasin puis premier contrat avec Brigitte Aubry. Par la suite, il ne se passait pas grand chose mais c’était pas grave car j’étais pas mal occupé. J’ai un peu assisté puis il y’a eu le Covid... et, de toute façon, je voulais continuer à me former car pour bien maitriser le doublage j’avais vraiment besoin de faire et de refaire. Du coup j’ai fait d’autres stages pour rencontrer des DA. Maintenant, ça fait un peu plus d’un an que ça commence à un peu mieux rouler et surtout je m’éclate de plus en plus !

R.S : Quels sont tes loisirs ?

J.D : Je ne vais pas te dire que c’est le sport même si, en vrai, j’adore ça quand j’en fait ;) Je passe beaucoup de temps à voir du monde (c’est parfois trop) mais j’adore accueillir et recevoir du monde chez moi. J’aime beaucoup cuisiner pour moi et pour les autres. Du coup c’est souvent dîner à la maison puis ça se transforme en soirée et on danse ! J’ai d’ailleurs commencé la scène par la danse. J’ai fait plus de 10 ans de rock et salsa et j’ai débuté des cours de jive depuis peu. Récemment, j’ai découvert un nouveau loisir : faire des concours de lipsynch. Ça veut dire avoir carte blanche pour faire la chanson de ton choix en playback devant tout un public. C’est génial, j’ai l’impression d’être une rock star ;)

R.S : Merci beaucoup Jonathan.

J.D : Eh bien merci à toi Reynald.

Interview d’avril 2022
Top