RSDOUBLAGE
contactez-nous

Régis Ivanov

Doublage

série
2014/2015
The Knick (James 'Jimmy' Fester)
cinéma
1990
Coups pour coups (Ben Keane)
cinéma
1993
Au nom du père (Chef Barker)
cinéma
2009
2012 (Yuri Karpov)
cinéma
1994
Speed (Ortiz)
télévision, VOD & DVD
2007
série
1965/1971
Papa Schultz (Sergent James Kinch - 2ème voix)
télévision, VOD & DVD
2000
Nuremberg (Gen. Ion T. Nikitchenko)
série
2006/2007
télévision, VOD & DVD
2007
télévision, VOD & DVD
1987
Fort comme l'amour (Père Clements)
série
1982/1983
Matthew Star (Walt Shepherd)
cinéma
2000
télévision, VOD & DVD
2007
cinéma
2018
Deadpool 2 (Peter Raspoutine / Colossus)
cinéma
2016
Deadpool (Peter Raspoutine/Colossus)
animation
1989
série
2004/....
Hôtel de Rêve... (Jochen Prinz)
télévision, VOD & DVD
1997
L'Odyssée (Tiresias)
cinéma
1996
Broken Arrow (Kelly)
série
1983/1987
L'Agence tous risques (Davey Miller)
cinéma
1989
Permis de tuer (Sharkey)
série
1980/1988
Magnum (Theodore 'TC' Calvin - 3ème voix)
télévision, VOD & DVD
2004
cinéma
1988
Toscanini (Claudio Toscanini)
cinéma
2005
Lord of War (Anatoly Orlov)
cinéma
1998
Godzilla "1998" (Capitaine de l'Anchorage)
série
2017/....
Insatiable (Robert Armstrong)
cinéma
2011
X-Men : le commencement (Général russe)
série
2008/2014
Sons of Anarchy (Otto 'Big Otto' Delaney)
série
1982/1987
Fame (Quentin Morloch - 2ème voix)
cinéma
2006
cinéma
1991
Lucky Luke (Chef Chien de prairie)
animation
1988
Don Quichotte "Création de voix"
animation
1990
L'Ogre "Création de voix"
animation
2003

Voix

Documentaire
Au fil des marais (Narrateur)
Documentaire
Human
Documentaire
Mauthausen (Narrateur)
Documentaire
Méandre (Narrateur)
Livre audio
Don Quichotte (d'après Cervantes)
Livre audio
Frankenstein (d'après Mary Shelley)
Livre audio
La guerre des voyelles et des consonnes (d'Olivier Cohen)
Livre audio
Le Roman De Renart
Livre audio
Les animaux de l'arche (d'Allain Bougrain-Dubourg)
Livre audio
Les Voyages de Gulliver (de Jonathan Swift)
Livre audio
Lettres Persanes (de Montesquieu)
Livre audio
Robinson Crusoé (de Daniel Defoe)
Livre audio
Vingt mille lieues sous les mers (de Jules Verne)

Formation

Conservatoire Royal de Bruxelles. Premier Prix
Auditeur libre à la New York University, classe (Acting) de Peter Kass et à la New School, classe de Jose Ferrer

Auteur

"Wish" éditée aux Presses Electroniques de France. Création à Paris, aux Déchargeurs (2013) - mise en scène de l'auteur. Reprise (2018) à la Comédie Nation
"French touch" éditée aux PEF. (seul en scène) Création à Paris, à La Vieille Grille (2017), puis à Avignon, théâtre Notre-Dame - mise en scène Olivier Hamel
"Variation Montecristo" éditée aux PEF
"La croisade ou du sang pour l'éternité" créée à Paris, au théâtre de Dix Heures - mise en scène de Nicolaï Arutene
"Pierre et Louise" éditée aux PEF
"Contes d'aujourd'hui" (seul en scène). Création à Paris, au Proscénium - mise en scène d'Olivier Cohen
"Le double" d'après Dostoëvski. Création à Bruxelles, au Centre Culturel de Woluwé-St-Lambert - mise en scène de Jean-Claude Idée
"Vent de Boulet" éditée aux PEF. Production en cours, création en 2019

Cinéma

"Svolta" réalisé par Cédric Deneubourg
"La Joconde a disparu" réalisé par François Lunel
"La femme a abattre" réalisé par Guy Pinon
"Le chien" réalisé par Christian Monnier
"Vendues" réalisé par Jean-Claude Jean
"Vidange" réalisé par J.P. Mocki
"On va nulle part et c'est très bien" réalisé pat J.C. Jean (Prix festival de Barcelone)

Courts métrages

"Hors de l'abri" réalisé par Céline Guénot
"Une histoire du milieu" réalisé par A. Delarue
"Initiation au Quiproquo" réalisé par J.C. Sanchez
"Dites-le avec les mains" réalisé par  Daniel Hiquet. (Prix)
"La toile" réalisé par Michel Leray
"Vikings" réalisé par Rémi Besançon
"Le cadeau de Maman" réalisé par Patrick Halpine
"Comme un jour de printemps en hiver" réalisé par Jean-Marc Le Bars

Moyens métrages

"Itinéraire d'un Caïd" réalisé par A. Xerra

Radio

Dramatiques :
"Diaghilev" France Inter
"Coup de fil pour l'Enfer" France Inter
"Etre moi toujours plus fort - Paysages de Léon Spilliaert" France Culture
"Fantomas" France Culture
"Microfictions" France Culture
"Dernier Sleeping pour Vancouver" France Inter
"La vésicule merveilleuse" France Culture
"CNES - Un corps aux frontières de l'âme" France Culture
"Le chat du rabbin - Le rêve du peintre" France Culture
"Nuits noires, nuits blanches" France Inter
"Au fil de l'histoire" France Inter

Télévision

"Adventure Inc. : Point of no return" série (en Anglais) réalisée par P. Barzman
"Justice de femme" téléfilm réalisé par J.M. Rome
"Relic Hunter : Montmartre Memories" série (en Anglais) réalisée par P. Barzman
"Berjac : Coup de coeur" téléfilm réalisé par J.M. Ribes
"Audimeurtre" téléfilm réalisé par J.M. Ribes
"L'affaire Salengro" téléfilm réalisé par D. de la Patellière
"La guerre des moutons" téléfilm réalisé par R. Burquel
"Les Couans" téléfilm réalisé par J. Buro
"Danton" télévision réalisé par J. Buro
"Cas de divorce" série, saison 1, épisode 40
"Le Paria" téléfilm réalisé par D. de la Patellière

Théâtre

A Bruxellles de 1975 à 1981, principalement au Théâtre (sur 20 pièces jouées) :
"Le château" de Kafka - adaptation et mise en scène d'Yvan Baudoin. Palais des Beaux Arts de Bruxelles
"Nicotine et Guillotine" de Cl. Volter - mise en scène l'auteur. Comédie Claude Volter
"Sur la terre comme au ciel" de F. Hochwälder - mise en scène de Cl. Volter. Comédie Cl. Volter
"Thomas More" de R. Bolt - mise en scène de Jacques Fumière. Théâtre de l'Ancre
"Le Double" de Régis Ivanov d'après Dostoïevski - mise en scène de J.C. Idée. Centre Culturel de Bruxelles Woluwé-St-Lambert
"Marianne attend le mariage" de J.P. Wenzell. Théâtre de Charleroi
"Egmont et Hornes" de CH. Kleinberg - mise en scène de Ch. Kleinberg. Grande Place de Bruxelles
"Marie Stuart" de Schiller - mise en scène de Jo Dua. Théâtre Royal du Parc
"Volpone" de Ben Jonson - mise en scène de Jo Dua. Théâtre Royal du Parc
"Le testament de Lenine" de R. Bolt - mise en scène de Jacques Huismans. Théâtre National de Belgique
"Roméo et Juliette" de Shakespeare - mise en scène d'Ottomar Krejka. Théâtre National de Belgique

A Paris depuis 1984 au théâtre :
2017 "French Touch" de Régis Ivanov - mise en scène d'Olivier Hamel (seul en scène). Théâtre La vieille Grille. Reprise festival d'Avignon
2016 "Nature morte avec sexe d'Ange" de Maurici Macian-Colet. Aux Déchargeurs
2013/2015 "Trio" d'après B. Schaëffer - adaptation et mise en scène d'Urszula Mikos. Fabrique MC11, CDN Montreuil, reprises, tournée
2013/2018 "Wish" de Régis Ivanov - mise en scène de Régis Ivanov. Théâtre Les Déchargeurs (2013) et reprise à la Comédie Nation (2018)
"Conférence sur l'ouïe" de Thomas Berbard (seul en scène) - mise en scène de U. Mikos. Fabrique MC11 Montreuil
"La belle et la bête" de CH. Escamez - mise en scène de William Mesguich. Théâtre Mouffetard et tournée
"Antigone à New York" de J. Glowacki - mise en scène de U. Mikos. Théâtre Le  Proscenium
"Contes d'aujourd'hui" de Régis Ivanov (seul en scène) - mise en scène de O. Cohen. Proscenium
"Régis Ivanov, la voix des poètess" (de Lautréamont à Prévert, en passant par Apollinaire, Michaux…et Régis Ivanov) - mise en scène de O. Cohen, (seul en scène). Centre Jean Vilars, Champigny
"Horrifice 3 plaisanteries" de J. Livchine - mise en scène de M. Heinrich. Théâtre de la Tempête, CDN Besançon, Scène des Vosges
"Macbeth" de Shakespeare - mise en scène de Mattew Jocelyn. Atelier du Rhin, Colmar
"L'homme à l'orchestre" de L. Cervin, (seul en scène) - mise en scène de O. Cohen. Fabrique MC11 Montreuil. Tournée
"Espèces menacées" mise en scène d'Eric Cyvanian. Théâtre de la Michodière. (2 saisons)
"Kordian" de J. Slovacki - mise en scène de U. Mikos. Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, Atelier du Rhin
"Rond point" de G. Boustany - mise en scène d'Henri Lazarini. Théâtre de Beyrouth
"L'An II de la révolution" d'A. Bouravsky - mise en scène de Xavier Marcheschi. Chaudron, Cartoucherie
"Les silences du quatuor Conrad" de J.C. Delarue - mise en scène de Gabriel Garran, Grand Hebertot
"L'Etau" de L. Pirandello - mise en scène de Yamina Hachémi. Grand Théâtre Cité Universitaire
"Je rêve mais peut-être que non" de L. Pirandello - mise en scène de Y. Hachémi. Grand Théâtre Cité U
"La cage aux folles" de J. Poiret - mise en scène de P. Mondy. Tournée
"Coyote Saloon" de Christian Dob - mise en scène d'Eric Cyvanian
"Thérèse Desqueyroux" d'Enzo Corman d'après Mauriac - mise en scène de Garance. Lucernaire
Une douzaine de spectacles au festival "Rencontres à la cartoucherie". La Tempête

Interview

R.S : Bonjour Régis.

R.I : Bonjour Reynald.

R.S : Vous êtes sorti avec le premier prix du Conservatoire Royal de Bruxelles, et vous avez commencé votre carrière en Belgique. Et puis, quelques années après, vous êtes venu à Paris. Pourquoi ce choix ?

R.I : Au début, c’est un hasard : un comédien belge est nommé assistant professeur au Conservatoire National de Paris, il ne peut pas faire la tournée d’un spectacle français, et il propose que je le remplace. J’ai passé l’audition dans mon jardin près de Bruxelles... et je suis parti pour Paris avec le metteur en scène.
J’ai tout de suite aimé la France.

R.S : Vous avez été auditeur libre à la New York University, dans la classe de Peter Kass et à la New School, dans la classe de Jose Ferrer. Comment avez-vous décidé cela et qu'avez-vous tiré de ces expériences ?

R.I : Là aussi, c’est un hasard. Quand je monte sur Paris, ma femme signe un contrat de deux ans à New-York. Alors, je travaille en France et je rentre très souvent chez nous... à Manhattan. Après le Conservatoire et une vingtaine de pièces jouées dans les théâtres belges en sept ans, j’ai eu besoin de souffler et de me renouveler. Et on m’avait trop dit que j’avais une belle voix. Alors, à New-York, j’ai commencé par m’entraîner à jouer sans parler. J’ai adoré. Depuis, tout ça s’est équilibré, et le plaisir de jouer a grandi.

R.S : Vous êtes également auteur dramatique. Vous avez écrit et/ou mis en scène vos pièces. N'est-ce pas à chaque fois un gros investissement d'énergie, de temps, de moyens matériels ? Comment trouve-t-on la force de partir dans ce qui est un combat toujours renouvelé, j'imagine ?

R.I : Auteur, oui, mais je n’ai mis en scène que "WISH", et je ne jouais pas à la création. Côté moyens matériels, j’ai investi deux fois en me disant qu’il était normal qu’une part de l’argent gagné dans l’art dramatique y retourne. Pour le temps et l’énergie, disons que l’auteur n’a jamais empêché le comédien de travailler. Exemple : une pièce actuellement en pré-production quelque part m’a pris quatre ans d’écriture, mais pas à temps plein. Bien sûr, chaque sujet traité, chaque construction d’un univers et d’un climat représentent quand même une urgence pour moi à ce moment-là. Mais je ne suis pas un bourreau de travail ;
je regarde, j’écoute, je m’exprime, je joue, je vis, je ris et je vomis grâce à l’art dramatique. Ce sont des challenges, pas des combats : je pense que ce sont avant tout les rêves transmis et partagés qui encouragent le besoin de stigmatiser les traîtrises humaines et de soigner les plaies. Et puis, la documentation me ravit, l’écriture me soulage, la fin est toujours un grand bonheur.

R.S : Comment avez-vous fait vos premiers pas dans le doublage ?

R.I : Difficilement. En répétition, au théâtre, un copain m’a donné le numéro de téléphone d’un boss du doublage en me conseillant de l’appeler à 8 heures, avant l’arrivée de son personnel. J’espérais un tout petit rôle pour apprendre la technique, mais le surlendemain matin, je doublais le directeur de l’école dans la série FAME... et j’ennuyais le D.A. et mes partenaires très aguerris, eux, avec des questions basiques et des maladresses. Il y avait un tas de lignes, j’avais honte. Mais quand on n’a pas le choix... Et après, j’ai pu travailler régulièrement avec Jacqueline Porel, Jacques Barclay, Perette Pradier, Francis Lax, Jean-Pierre Dorat et beaucoup d’autres.

R.S : Est-ce une discipline à laquelle vous pensiez lorsque vous avez débuté ?

R.I : Pas du tout. Quand j’ai débuté, le doublage n’existait pas en Belgique. Et puis, j’ai été très vite comédien à l’année au théâtre. A 24 ans, j’avais adapté un roman de Dostoïevski et obtenu des subventions du ministère pour produire le spectacle. Nous étions tellement occupés à Bruxelles qu’on allait souvent se changer les idées le lundi en faisant des séries et des dramatiques à la radio... et pour moi, le doublage appartenait à une autre planète. Comme quoi... "e la nave va" !

R.S : Est-ce que le doublage vous apporte les mêmes satisfactions de comédien que la scène ou la caméra ?

R.I : Rien n’est pareil, c’est ça qui me plaît. Question goûts, j’aime doubler, j’aime jouer, j’aime raconter. J’aime aussi interpréter (et les écrire parfois) des contes et de la poésie. Comme on dit : "tout est bon dans le cochon" (de nos foutus métiers). Et, côté retours après le travail, j’ai remarqué au quotidien que les gens reconnaissent plus facilement ma voix que le reste. Côté ego, intellectuellement ça remet un peu les choses à leur place. Nous vibrons et nous transmettons, quelle que soit la technique artistique, et c’est la diversité qui me ravit.

R.S : Quels sont vos loisirs ?

R.I : J’aime tellement... ce serait trop long.

R.S : Merci beaucoup Régis.

Interview de février 2019
Top