RSDOUBLAGE
contactez-nous

Antonella Colapietro

Doublage

série
2015/....
Lucifer (Eleanor Basich)
série
2017/....
Workin' Moms (Jane Carlson)
série
2015/....
Trapped (Avocate)
série
2015/....
Supergirl (Agent Rieff - 1ère voix)
série
2016/....
Billions (Mobilized Meals)
série
2015/....
Trapped (Fille du supermarché)
série
2019/....
Hache (Marie)
série
2018/....
Magnum P.I. (Monica)
série
2018/....
The Resident (Dina Basilico)
série
2016/....
Bull (Dr. Jessica Wilson)
série
2018/....
The Resident (Jane Diaz)
série
2015/....
Lucifer (Femme cocktail)
télévision, VOD & DVD
2019
série
2016/2019
Designated Survivor (Amiral Schneider)
série
2019/....
Catch-22 (Infirmière Cramer)
série
2018/....
Magnum P.I. (Julia Kemp)

Voix

Télé-réalité
Haunted
Voice-over
Australia Zoo : les défis des Irwins (Discovery Channel)
Voice-over
The Story of God (National Geographic)
Voix-off
L'Accordéoniste - On n'est pas couché (Parodie - chantée et parlée)

Formation

2018 à aujourd'hui
"Les Ateliers du libre Artiste" Interprétation : Léovanie Raud, Coach vocal : David Jean/ E. Chandelier, Atelier théâtre : Jean Pavageau
"Rhinocéros" Training doublage/ livre audio/ voice over
"I.M.D.A" Stage voix off / Doublage
"Masterclass Doublage Chante" Edwige Chandelier
2017 à aujourd'hui "L'Atelier de l'Acteur" Jeu d’acting par Florence Nahon
2007/2011 "Cours de Danse" street dance, batchata, salsa et modern jazz avec Rodolphe Desvignes, Luis Alvez
1997/2000 "Studios Alice Dona" Interprétation : A. Dona, Coach vocal : Jean François Varlet, Théâtre : Jean Bernard Feitoussi, Danse : Kova Réa

Autres

Habitude des plateaux TV (on n'est pas couché/ plus vite que la musique/ Mireille Dumas/ La chance aux chansons/ Vivement dimanche)

Chant

Mezzo soprano

Danse

Niveau intermédiaire

Discographie

2009 "Jack et le haricot magique" (Jack). Tremolo production
2008 "Le ness'album" Interprète principal. Domprod/Gomusic
1999 "Alice Dona- Couleurs de l’ombre" Choriste. WH records

Langues

Italien : bilingue
Anglais : courant
Espagnol : courant

Live Stage

Mise en scène, comédienne, chanteuse :
L'étincelle cabaret 2012 à aujourd'hui
La revue : Départ imminent (rôle de Jeanne)
Show sixties : Nos tendres années
Show enfants : Mondes et merveilles (rôle de Cléo)
Show Edith Piaf : Il était une voix (rôle d’Edith Piaf)

Conceptrice spectacles :
Villages vacances 2011 à aujourd'hui (Odalys, Eden Villages, Estérel caravaning) Chorégraphie/ mise en scène/ costumerie/ chant

Conceptrice spectacles :
Aztèque Production 2015, Cession d’oeuvres chorégraphiques et réalisation de spectacles à thème

Sosie vocal d'Edith Piaf :
American dream café 2000 à aujourd'hui, Les 3 mailletzs, Zig Zag Cabaret, Santa Bahia, Fennix, Prestations en France et à l'étranger

Chanteuse 2011-2014 :
Croisières Notre temps (NDS voyages, Rivages du monde) Tour de chant répertoire français

Chanteuse Comédienne 2009-2010 :
Jack et le haricot magique, rôle de Jack. Théâtre Le Temple (Tremolo production)

Chanteuse Comédienne 2004/2005 :
"L'amant d'un jour" rôle d’Antoinette. Sudden théâtre (Les ballets temps d'aime V.Ansart), Disney world epcot (Orlando Etats-Unis)

Chanteuse 2000-2005-2010 :
Universités françaises de Russie (Penza, Moscou, Saratov)

Chanteuse comédienne 2000 :
"Madame Piaf" dans plusieurs Théâtres de France (MGP PROD)

Sports

Fitness en salle, vinyasa yoga

Interview

R.S : Bonjour Antonella.

A.C : Bonjour Reynald. Merci de m’accueillir ici.

R.S : D'où vient que tu es bilingue avec l'italien ?

A.C : De par mes parents, italiens tous les deux. Les circonstances de la vie ont fait qu’à 11 ans on a quitté le nord pour s’installer dans le sud de la France. Pour ne pas vivre mal le changement et afin de prendre leurs marques dans l’installation, mes parents m’ont envoyé dans la famille en Italie pendant les 2 mois d’été. Je suis rentrée, tout était nickel excepté que je ne savais plus parler français ! (rires) Je les remercie aujourd’hui.

R.S : En tant que chanteuse, tu te présentes comme un sosie vocal de Piaf. C'est un atout ?

A.C : C’est un atout comme un inconvénient. C’est grâce à Piaf que j’ai mis un pied dans le métier et que j’ai pu fouler les planches des théâtres en France et à l’étranger. Elle me fait toujours manger et ce depuis plus de 20 ans. Elle touche toutes les générations et on me la demande à chaque prestation. L’inconvénient est que l’on m’avait cataloguée et je n’arrivais pas à exister en tant qu’Antonella. 10 chansons chantées dont une de Piaf et hop : "bravo pour Edith Piaf". Merci au cabaret qui, pour le coup, m’a permis d’exister autrement, d’improviser sur scène, de jouer et de danser. C’est la plus belle école selon moi.

R.S : Sur ton CV tu inscris : "Chanteuse 2000-2005-2010 - Universités françaises de Russie (Penza, Moscou, Saratov)". Je suis intrigué ! Tu peux développer ?

A.C : Encore un atout du sosie vocal de Piaf ! Je jouais dans un cabaret parisien "le Canotier du pied de la Butte". Une personne m’a interpelée et m’a proposé de partir représenter la France en Russie. Une alliance avec les universités russes où l’on apprenait le français. En 2000, la Russie n’était pas ouverte au monde, ce fut donc encore plus incroyable. Ils ne connaissaient qu’Alizée, Mylène Farmer, Edith Piaf et Joe Dassin. Mais les Russes ont un goût prononcé pour l’art et sont émerveillés de tout ce qui le touche. Après avoir inauguré la place du Manège à Moscou, on y est retourné pour se produire devant les élèves des universités. Certains sont montés sur scène pour chanter avec moi. Il y avait de nombreux talents. Ils ont appris la chanson en 1 jour et tout cela avec un français impeccable. Ensuite j’y suis retournée pour être jury d’un concours de la chanson française intra universitaire. D’où ces 3 villes. Le vainqueur avait pour prix un voyage en France. Pour eux c’était l’El Dorado. Pour moi c’était une belle claque d’humilité.

R.S : Tu as été conceptrice de spectacles dans des villages vacances. Comment est-ce arrivé dans ta vie ?

A.C : Et je le suis toujours. Encore une circonstance de la vie. Il me fallait fuir mon quotidien. J’ai revu un ami qui recherchait une chorégraphe pour une saison d’été. J’ai dit "je suis là". Et c’était parti. Avec les idées qui fusaient dans ma tête, c’était évident en fait. Puis un camping a tout misé sur mes shows. C’est un peu insolite dans ce genre d’endroit. C’était innovant. Il fallait penser plus haut et pas que des pas : réalisation de costumes, mise en scène... Et tout ça pour des shows de 12 à 23 personnes sur scène (la plupart étaient amateurs et ne savaient même pas ce qu’était une régie). C’était sport mais quel pied artistique au final. Depuis, plus ça va plus plus la barre est haute. Je me rapproche de Hollywood (rires).

R.S : Comment as-tu débuté dans le doublage ?

A.C : Encore une circonstance de la vie. Eh oui Reynald, pour moi, rien n’arrive par hasard, tout a un sens... La vie te met des gens sur ton passage et jamais pour rien. Et de discussion en discussion j’ai voulu me diriger vers la voix off. J’ai donc suivi une formation mixte voix off/ doublage, tout en pensant que le doublage était impossible d’accès. J’y ai goûté... C’était foutu ! J’ai donc décidé de me « muscler » grâce au training de différents centres de formation. Je voulais arriver en studio avec un niveau correct. Je ne me suis pas lancée juste après un stage. J’ai pris mon temps. Et puis j’ai arpenté les studios avec mon plus beau sourire et ma bonne humeur. Merci encore à tous ces DA qui m’ont fait débuter. Isabelle Brannens fut ma marraine, puis Jérôme Pauwels, suivis par Déborah Perret, Laurent Dattas et Stéphane Marais à qui je dois énormément.

R.S : C'est une discipline que tu envisageais depuis longtemps ?

A.C : Lors de mes cours de théâtre, on me disait que j’étais une éponge et que je me fondais vite dans mes personnages. J’étais le clown de service (rires).
J’imitais, je reproduisais les voix que j’entendais à la radio ou à la TV. J’étais fan des voix d’animation. J’y ai pensé oui, sauf que ce métier n’était pas très accessible. Il fallait des "connaissances"... et on me conseillait de laisser tomber l’idée d’y entrer. Heureusement, ma caboche et moi on aime les challenges, surtout à 40 ans. Je ne sais pas pourquoi, peut-être un meilleur lâcher prise, tout coule. Aujourd’hui je peux dire que, tout cela, je ne le dois qu’à moi-même et à mon entêtement.

R.S : Regardais-tu les VF avant d'en faire toi-même ?

A.C : Oui, majoritairement. C’est pour ça que, quand j’assistais, j’adorais ! Je reconnaissais les voix. J’avais le sourire d’une fan devant son idole.

R.S : Quels sont tes loisirs ?

A.C : Mon métier est déjà un loisir. C’est un nuancier. Je pars d’une base et je rajoute des couleurs pour l’embellir. Mon temps libre je l’occupe en faisant du sport. Et je n’oublie pas de voir les amis et la famille : mes bouteilles d’oxygène et mes conseilleurs. Sans oublier de voyager car ça forme la jeunesse !

R.S : Merci beaucoup Antonella.

A.C : Ce fut un plaisir Reynald. C’est quand que l’on se voit en vrai de vrai ?

Interview de septembre 2019
Top